PODCAST – EPISODE 6 : SATYA OU LA SINCÉRITÉ

Bonjour à tous !

Je suis très heureuse de vous retrouver aujourd’hui pour continuer notre petite série qui explore les Yamas, qui sont, je le rappelle, les qualités morales à respecter selon la philosophie des 8 branches du yoga.

Pour comprendre un peu de quoi on va parler aujourd’hui, je vous conseille vraiment d’aller écouter mon podcast sur les 8 branches du yoga, pour vous aider à mettre un peu de contexte dans tout ça.

En attendant, on va aujourd’hui aborder le deuxième Yama qui est Satya, qui peut être traduit par « vérité » en sanskrit.

Satya : c’est quoi ?

Satya, c’est la vérité, le fait de ne pas mentir, aux autres et avant tout à soi-même. Dans la vie de tous les jours, ça correspond à la cohérence de nos actions, de nos paroles et de nos pensées.

C’est s’engager à refuser de vivre dans le mensonge, ce qui est une situation bien plus fréquente que ce que l’on pense.

On passe nos journées à être influencé-e-s par des informations extérieures, quelles qu’elles soient. Les média, la famille, les amis, des professeurs … Difficile d’être nous-mêmes face à tant de discours qui modèlent notre personnalité pour qu’elle devienne « acceptable ».

Et ce besoin de plaire et d’être accepté est tellement puissant qu’on peut créer une perception de nous un peu « moitié-moitié ». Un peu à notre image, et un peu comme ce qui serait acceptable pour notre entourage, plus ou moins proche.

Pire encore, nous sommes cernés de malhonnêteté. Entre mensonges, arrangements, et autres calculs pour arriver à nos fins, l’intégrité a parfois l’air d’être une valeur un peu dépassée … Ou qui nous dépasse, c’est au choix !

Ce qui est assez étonnant. Parce que l’être humain est, par nature très attaché à la vérité.

C’est d’ailleurs le fait de vivre en toute intégrité qui nous procure de la joie, nous permettant d’être pleinement nous-mêmes. C’est cohérents que nous trouvons notre raison d’être, ce que nous souhaitons apporter au monde.

Comment cultiver Satya ?

Reste donc à savoir comment on peut cultiver cette vérité en nous, au quotidien.

Pour le yoga, corps physique et mental sont indissociables. Et le premier endroit ou s’établit notre vérité, c’est dans notre corps.

Nos sentiments sont toujours en lien avec nos sensations. Colère, tristesse se localisent dans le ventre ou dans la poitrine par exemple. La joie nous donne un sentiment de légèreté et nous fait souvent nous débarrasser de toutes nos formes de douleurs physiques …

D’où l’importance d’apprendre à nous écouter et à comprendre comment notre corps nous parle. C’est d’ailleurs une des choses que l’on apprend sur le tapis, par la pratique des postures de yoga.

Je crois qu’il est vraiment important de lui accorder toute notre confiance à ce corps car il est notre meilleur indicateur. C’est toujours en lui que l’on remarque que l’on fait bonne ou fausse route. Souvent, quand on construit un projet, qu’on se lance dans quelque chose qui portera ses fruits, quand on prend un risque à juste titre ou quand on prend une bonne décision, on le ressent dans toutes les fibres de notre corps. Il nous suit d’une certaine manière car on est aligné avec nous-mêmes dans ce genre de moment.

Et au contraire, quand on ne fait pas de bons choix, que l’on agit pas de manière juste pour nous, le corps résiste, nous fait souffrir. On peut même se sentir isolé ou effrayé parfois.

Ce qui peut être compliqué, c’est que chaque corps est différent, et chaque corps aura sa propre manière de livrer ses messages. C’est à nous d’apprendre à tout simplement à ressentir.

Ralentir pour cultiver Satya …

Et ressentir, ça ne va pas sans ralentir. Et ça passe par des choses très simples ! Par la pratique des postures de yoga par exemple, mais aussi simplement par le fait de prendre un instant pour fermer les yeux et respirer. Pour laisser place à toutes vos sensations corporelles, peut-être une partie du corps est-elle plus tendue que l’autre, peut-être même que ça vous renvoie à certaines émotions …

D’ailleurs, Satya, ça peut se pratiquer à travers la pratique des postures de yoga ! Satya, c’est être vrai dans sa pratique, être honnête avec son corps. Ne pas aller trop loin, reconnaître ses limites avec patience, et se contenter de là ou l’on en est, sans jouer un rôle.

Pour expérimenter la vérité, on a aussi besoin d’aller au plus profond de nous pour trouver notre intuition.

Intuition et Satya

L’intuition, c’est l’expérience de la vérité de l’intérieur. Vous savez, ce sixième sens que l’on cultive, ces certitudes que l’on a sans trop savoir pourquoi. Mais au fond de nous on sait que c’est vrai, que c’est juste. Lorsqu’on sait quelque chose intuitivement, on connaît la justesse de ce qu’on avance, même si on est pas en mesure de le prouver directement. On va chercher tous nos éléments de réponse dans nos ressentis les plus purs. On se rapproche du coeur finalement, au lieu de choisir nos mille et uns discours mentaux.

C’est pour ça qu’il est important de lâcher prise sur nos croyances et sur nos points de vue pour apprendre à purement écouter l’intuition. Parce que, nos croyances et nos points de vue tous autant qu’ils sont sont le produit du mental.

Et le mental, ce n’est définitivement pas l’intuition. Le mental, c’est un recueil de toutes nos croyances que l’on a construit à partir de nos expériences sensorielles et de nos impressions.

On finit par faire des déductions et on pense connaître la vérité, en fonction de conditionnements passés.

L’intuition, c’est l’expression de l’âme et de la personnalité. C’est l’expression de ce moi qui est authentique, sans incohérence, sans contradiction. Lorsque nous avons une bonne intuition, c’est que tout est aligné en nous pour qu’elle puisse s’exprimer. Le mental se détend finalement et nous avons tout loisirs, dans ce calme, d’être à l’écoute de nous-mêmes. Et je crois que ça nous rend plus confiants, et surtout plus libres, en nous apprenant à lâcher-prise sur ces conditionnements.

Le courage et Satya

A partir de là, on arrive à un point crucial de tout ce parcours. Parce que la vérité demande en fait beaucoup de courage.

Regarder la vérité en face, en nous, c’est quelque chose de très difficile à faire. Il est plus facile et confortable en fait de rester dans l’agitation, pour ne pas avoir à faire face à notre vérité. Ainsi, on est sûrs de ne pas croiser des choses qui pourraient ne pas nous plaire, et surtout de ne pas avoir à réfléchir aux changements qu’il faudrait effectuer pour être plus heureux, et qui nous font peur.

Satya nous demande de faire les changements qui s’imposent parfois. En balayant donc la peur d’être rejetés, la peur d’éloigner certaines personnes qui ne sont pas d’accord avec notre vérité autour de nous … Pour se révéler et vivre pleinement notre vie, sans chercher à jouer un rôle pour plaire.

Je crois qu’être honnête et vivre une vie intègre en vaut vraiment la peine. A trop vouloir composer, se trahir, travestir la vérité pour trouver des arrangements partout, on finit par … S’abîmer à l’intérieur peut-être. On finit par cultiver le ressentiment, la frustration aussi.

Difficile aussi parfois d’être honnête, de rester vrai avec quelqu’un qui nous révèle sa vérité, avec laquelle nous ne sommes pas à l’aise.

Le lien entre Satya et Ahimsa

C’est là qu’intervient, à nouveau, Ahimsa dont on a déjà longuement parlé. Car chacun des Yama et des Niyamas doivent intervenir ensemble finalement, et non pas chacun de leur côté

La vérité est toujours riche de conséquences, et je ne crois pas que les Yoga Sutra prônent la vérité à tout prix. Lorsqu’on applique Ahimsa, la non-violence, et Satya simultanément, on se rend compte que tout n’est pas bon à partager

La vérité doit toujours être livrée avec bienveillance, et sensibilité . Nous ne sommes pas supposés être impitoyables ou sans-coeur, selon Ahimsa. Il est alors très important de surveiller nos intentions, comme un curseur pour savoir dans quel but on exprime telle ou telle vérité. Quelles sont nos motivations de partage ? Est-ce pour une finalité tout à fait individualiste, pour avoir absolument avoir raison, flatter notre égo ? Ou est-ce pour créer de l’harmonie, de la compréhension ?

La vérité doit faire du monde une place plus belle, car en exprimant notre vérité, on encourage les autres à faire de même. On ouvre la voie à ceux qui auraient peur de la souffrance ou de l’échec

La vérité nous donne aussi la direction, nous donne la vision et nous permet de cultiver une énergie incroyable pour construire NOTRE vie, celle qui nous ressemble.

Elle nous ouvre aussi un très beau chemin je crois, car elle nous aide à nous débarrasser de l’orgueil qui forme un voile devant notre âme et nous empêche de nous connaître réellement

Satya, c’est s’offrir la possibilité de vivre NOTRE vie, de suivre le chemin qui nous appartient. C’est créer plus de sens dans son quotidien aussi, je le crois. Un vrai pouvoir dont nous disposons, parfois sans nous en rendre compte, malheureusement

Voici quelques astuces pour cultiver Satya au quotidien :

*Prenez le temps d’écouter votre corps ou votre intuition

*Passez du temps en silence pour réfléchir à VOTRE vérité sur un sujet ou un problème donné

*Demandez-vous ce qui changerait pour vous si vous meniez une vie 100 % authentique, 100% vous

*Engagez vous à toujours partager votre vérité avec bienveillance.

On poursuivra, comme prévu, cette petite série dans un épisode à venir

Et surtout, prenez soin de vous
Marie

© 2021. Tous droits réservés