PODCAST – EPISODE 16 : DÉCOUVRIR SARVANGASANA (OU LA « CHANDELLE »)

Podcast yoga Sarvangasana

 

Je suis très heureuse de vous retrouver pour parler « postures de yoga » dans cet épisode. J’ai choisi de vous parler de cette posture de Sarvangasana entre autres parce que sa symbolique et sa pratique me touchent particulièrement.

Comment pratiquer la posture de yoga Sarvangasana ?

On pratique la posture de yoga Saravangasana en équilibre sur les épaules, les jambes tendues à la verticales dans les airs, les pieds en direction du plafond. C’est une posture qui se prépare mais qui est loin d’être inaccessible ! Sarvangasana est une posture de yoga demande en fait un important engagement mental et physique pour placer le corps en inversion, en équilibre.

J’ai commencé à pratique Sarvangasana selon la pratique du yoga Iyengar. On y place une bonne pile de couvertures sous les épaules pour limiter les douleurs dans la nuque ou encore les impressions d’étouffement que peuvent ressentir certaines personnes, dues à la peur ou à un manque d’engagement du corps vers le haut. 

On peut aussi y utiliser une sangle au dessus des coudes, de la largeur des épaules, pour éviter que les coudes ne s’éloignent. C’est ce qui donnera plus de force aux bras pour lever le bassin et le buste. 

C’est en arrivant en cours de Hatha yoga un beau jour que j’ai finalement pu capter toute l’essence de la posture de yoga Sarvangasana. Pour la première fois de ma vie je touchais du doigt à la fois une forme de liberté et surtout une forme de confiance dans ma pratique.

J’ai aussi vécu de sacrées aventures avec cette posture. Et pour cause ! Plus je me rapprochais de ma lignée de Hatha Yoga actuelle, plus je comprenais à quel point la posture de Sarvangasana y avait une place maîtresse (comme dans beaucoup de lignées de pratiques de yoga d’ailleurs). J’ai commencé à la pratiquer 5 (longues) minutes. Puis 15 … Pour monter à parfois 30 ou 40 minutes de Sarvangasana. J’ai vécu grâce à cette posture mes plus beaux moments de yoga.

Explications autour de la posture de yoga de « la chandelle »

Cette posture de Sarvangasana est en fait très puissante, tant sur un plan énergétique que purement « physique ».

Etymologiquement, Sarvangasana est la posture de tout le corps. Si on découpe le mot en sanskrit : Sarva : tout – Anga : corps – Asana : posture.

C’est parce que ses effets bénéfiques sur la santé et le bien-être sont si complets et profitent à l’ensemble du corps qu’elle est aussi appelée « la reine des postures ».

En France, vous l’aurez compris, on appelle Sarvangasana “la chandelle” qui symbolise bien une tenue et une justesse de tout le corps. On peut imaginer que la flamme de la chandelle représente l’énergie qui circule.

Fait étonnant, cette posture sous son nom sanskrit « Sarvangasana » n’est pas mentionnée dans le Hatha Yoga Pradipika. Il est par contre fait mention des inversions que l’on retrouve sous le nom générique de « Viparita Karani ». Il n’y a pas vraiment de détail dans le Hatha Yoga Pradipika pour expliquer comment réaliser une inversion. On nous explique qu’il faut stabiliser le corps dans une posture inversée les jambes levées.

 « Viparita Karani » y est aussi classée parmi les mudras (« sceaux » ou « gestes ») et non des postures de yoga dans le Hatha Yoga Pradipika. Ca traduit la puissance énergétique des inversions. Il se crée quelque chose de spécial lorsque l'on a la tête en bas, on inverse l'ordre habituel des choses et lorsque le souffle s'apaise, tout devient calme en soi.

La symbolique de cette mudra réside dans l'inversion du processus d'écoulement d'amrit (le nectar d'immortalité), qui ne s'écoule plus du palais vers le nombril où il est consumé par le feu gastrique, mais redirigé plutôt vers le sommet du crâne, ce qui permet de régénérer le corps, libérer l'esprit et conserver l'énergie vitale.

Sarvangasana séduisait déjà à l’époque du Hatha Yoga Pradipika par son efficacité « magique » !

Les multiples effets de Sarvangasana

  • Sarvangasana favorise l’afflux de sang vers le cerveau, stimule la circulation sanguine et lymphatique, le système digestif et la respiration.
  • par la pression exercée au niveau de la gorge liée à l’appui du sternum sur le menton, les glandes thyroïdiennes et para thyroïdiennes adorent cette posture !
  • Sarvangasana draine le sang beaucoup plus facilement des jambes vers le cœur. Le coeur se repose et la circulation du sang s'améliore dans la poitrine et le cou. Les personnes souffrant d’une capacité respiratoire restreinte, d’asthme, bronchite ou problèmes de la gorge y trouvent un soulagement.
  • la posture de yoga de la chandelle aide à faire passer rhumes et sinusites.
  • le cerveau voit le sang affluer et cela stimule le système nerveux parasympathique, apaise les états de stress et d’angoisse, calme l’irritabilité, soulage les migraines et réduit les insomnies.
  • Sarvangasana améliore système digestif, régule le métabolisme et améliore le transit intestinal.
  • la pratique de la posture de yoga de Sarvangasana est recommandée en cas de troubles urinaires et menstruels.
  • Sarvangasana soulage l’épilepsie, l’anémie et le manque de vitalité.

C’est ce que je répète souvent à mes élèves : aucun médicament ne rivalise avec Sarvangasana !

D’un point de vue « ésotérique », la posture stimule Agni, le feu digestif symbolique. Cela a pour effet de brûler les impuretés à la base du corps, entre autres les poisons mentaux. Autrement dit, la posture de la chandelle permet de limiter également nos sources d’afflictions afin de nous orienter vers la voie de l’Éveil.

Pratiquée le matin, la « chandelle » accroît l’énergie de la Shakti, elle est stimulante. Le soir elle apaise.

A savoir avant de pratiquer Sarvangasana

  • le poids du corps doit être réparti de façon égale entre les épaules, les bras et les coudes 
  • la courbe naturelle de la nuque doit être maintenue dans Sarvangasana 
  • Sarvangasana doit être réalisée avec l'estomac vide
  • on pense à enlever les accessoires de cheveux qui risqueraient de créer un déséquilibre une fois le poids du corps sur les épaules et les coudes, et alors provoquer un problème au niveau de la nuque.
  • une fois dans la posture, ne bougez JAMAIS ni le cou ou la tête pour regarder ailleurs. Ca peut gravement endommager les cervicales
  • Sarvangasana est contre-indiquée dans les cas suivants : hypertension artérielle, glaucome, détachement de la rétine, grossesse

Voilà pour ce podcast, avec ces focus que j’aime beaucoup donc sur certaines postures. J’aime cette idée finalement de redonner un petit peu de sens à notre pratique des postures pour apprendre à les aborder différemment qu’un pur exercice physique.

 

Et surtout, prenez soin de vous !

Marie

HAUT