PODCAST - EPISODE 15 : BRAHMACHARYA : LA MODÉRATION ACCROÎT LA VITALITÉ

Brahmacharya podcast équilibre yoga

 

Bonjour à tous ! Je suis ravie de vous retrouver dans le podcast L’accent Yogi pour parler aujourd’hui de Brahmacharya.

Brahmacharya, c’est quoi ?

D’après la philosophie du yoga, c’est la modération qui permet d’atteindre l’abondance. Il s’agit du principe de Brahmacharya qui, bien que paraissant contradictoire, nous guide vers l’harmonie et l’expérience du Soi.

Brahmacharya signifie « étude du Veda, apprentissage de la science sacrée » ou « vie pure, chaste ».

Très souvent, on traduit Brahmacharya par « l’abstinence » au sens sexuel du terme. C’est en fait ce qui renvoie à l’ascèse mise en place par les yogis. L’idée étant de contenir son énergie sexuelle dans le corps pour la redistribuer à d’autres fins.

Il ne s’agit pas seulement d’une notion morale puisque cela procède aussi de conceptions purement physiologiques. Pour les hindous la force utilisée dans l’activité sexuelle est la même qui, autrement dirigée, entraîne le progrès spirituel. On part du principe que la sensualité peut générer des troubles émotionnels qui sont autant d’obstacles au chemin du yoga

Le terme de Brahmacharya peut aussi signifier une vie sainte, consacrée à Brahma, l’Absolu ou le Principe Suprême indifférencié 

Un concept hors de portée ?

Ce que j’aimerais souligner dans cet épisode, c’est que Brahmacharya a peut-être aujourd’hui un sens plus large. C’est surtout nous « personnes vivant en occident » qui ne vivons pas une vie recluse et loin de tout qui lui avons donné un tout autre sens. Le concept de Brahmacharya s’est finalement éloigné de la question sexuelle pour s’adapter à un mode de vie plus « moderne ». 

Il s’agit finalement de prêter attention aux habitudes et aux désirs qui nous épuisent, qui nous prennent beaucoup d’énergie au quotidien pour aller chercher plus de maîtrise de soi. Par cette maîtrise de nous-mêmes, on se garde une certaine quantité d’énergie intérieure pour mener à bien nos priorités. 

Brahmacharya, c’est en fait l’équilibre. Avec un bon équilibre au quotidien, il est possible de faire grandir notre réserve d’énergie vitale. En calmant les excès sous toutes leurs formes, on utilise finalement le prana, l’énergie vitale, à meilleur escient. 

L’idée est de toujours trouver le juste milieu entre la vitalité et la tempérance, le repos, l’intériorité. Le fait de trop dépenser d’énergie ou de ne pas en dépenser du tout va créer en nous du déséquilibre. Notre corps, sous tous ses aspects (physique, mental, émotionnel) a besoin d’une juste dose de stress. Rester en santé, c’est ne pas s’épuiser inutilement en laissant tomber ce qui est accessoire. En mettant en lumière nos priorités.

Pour pratiquer Brahmacharya au quotidien, j’aime envisager l’énergie comme quelque chose de très concret, comme une denrée. C’est là que je peux en fait visualiser quels domaines de ma vie me prennent beaucoup d’énergie, ou même quelles personnes me prennent beaucoup d’énergie.

L’idée est de donner la juste quantité d’énergie aux domaines qui en ont besoin et pour lesquels nous ressentons aussi un besoin.

Brahmacharya, une aventure jusque sur le tapis de yoga

C’est exactement pareil dans les postures de yoga ! Prenez par exemple la posture d’Urdhva Mukha Svanasana, le chien tête en haut. Le poids du corps doit être placé équitablement entre le dessus des pieds qui presse dans le sol et entre les paumes des mains. On met aussi autant d’énergie dans l’ouverture des épaules que dans l’ouverture progressive de la gorge si on choisit de regarder vers le ciel. Dans cette posture, si l’on choisissait de placer le poids du corps uniquement dans les mains par exemple, elle serait nécessairement déséquilibrée. Et c’est dans ces moments là que l’on s’épuise inutilement sur le tapis : en mettant trop d’énergie ou pas assez dans un point de la posture à travailler. 

Mettre deux fois plus de force que nécessaire, engager un plus grand effort que nécessaire ne veut pas forcément dire « plus de productivité » ou « plus de satisfaction ». 

Notre organisme travaille d’ailleurs de la même manière. Quand on mange un repas trop copieux on se sent très fatigué en sortant de table, voire endormi. Notre organisme utilise toute notre énergie vitale pour gérer la nourriture excessive que nous avons mangé à ce moment-là. Lorsque nous mangeons en quantité raisonnable, la nourriture nous donnera alors toute l’énergie dont nous avons besoin.

L’idée, c’est finalement de faire plus intelligemment, et non forcément de faire plus. Et par intelligemment, j’entend ici au cas par cas, en fonction de ce qui nous réussit … Ou non ! 

Brahmacharya en pratique 

Ca passe en fait par délimiter ses priorités, son attention. Nos efforts doivent se partager entre temps avec nos proches, du temps pour nous, du temps pour le travail, du temps de jeu ou d’exercice … Pour mettre ça en place, il faut en fait apprendre à s’écouter.

Si nous nous sentons épuisés par exemple, c’est qu’il y a un déséquilibre quelque part dans notre vie. Au contraire, si on ressent que l’on a beaucoup d’énergie, il est plus probable que notre niveau d’équilibre intérieur soit juste. C’est pour cette raison que nous avons besoin de maintenir un contact quotidien entre nos rythmes intérieurs et nos besoins.

Nous avons chacun nos rythmes. Exactement comme la nature d’ailleurs qui a ses cycles entre le jour et la nuit, les saisons, la croissance, le repos … Certains sont « du matin » d’autres sont « du soir ». Certains résistent bien à la fatigue, d’autres non. Certains sont plutôt fait pour des activités d’endurance, d’autres pour du sprint … Peu importe ce qui nous correspond. Nous devons trouver cet équilibre personnel qui nous permet de maintenir un rythme qui nous est adapté, sans nous épuiser. 

Dans la vie, on se concentre sur nos objectifs de vie importants … Et on lâche prise sur le reste. On apprend à dire non aux rendez-vous ou aux tâches qui nous épuisent, qui ne font pas sens pour nous et qui nous distraient. 

Il s’agit finalement de trouver un endroit de pleine conscience en nous-mêmes, une attention sur chaque choix, sur chaque action afin d’équilibrer notre balance intérieure. Il nous appartient de gérer notre temps. D’observer de quelle manière on souhaite utiliser notre quota d’énergie vitale dans une journée, et de faire des choix qui vont dans le sens de nos objectifs.

L’équilibre parfait ?

Alors bien évidemment, l’équilibre parfait est impossible à trouver. Je fais un nouveau parallèle avec ce qu’il se passe sur le tapis mais, quand vous tenez une posture d’équilibre, il est toujours extrêmement compliqué de la garder pour plus de cinq, six ou sept respirations. 

L’équilibre, comme tout état d’esprit, est fluctuant. Ce qui importe n’est finalement pas de le garder mais de créer des habitudes pour favoriser son maintien avec douceur. 

Rien que le fait de se garder chaque jour des moments avec du temps et de l’espace pour nous est primordial pour nous rééquilibrer. C’est quand nous nous tournons vers l’intérieur que nous pouvons respirer et écouter, et donc procéder aux ajustements nécessaires pour nous ramener à l’équilibre. C’est aussi ce qui nous permettra d’agir avec plus de recul et de conscience. 

En tout cas, on ne réussit jamais à établir l’équilibre en une fois. Son maintien demande de toutes façons un ajustement continuel avec toute nouvelle phase de vie. Dans tous les cas, il est important de comprendre que la gestion avisée de notre énergie vitale nous donnera justement plus d’énergie pour ce qui fait du sens pour nous, pour ce qui nous importe. C’est aussi ce qui nous permettra d’imprégner de conscience chaque acte du quotidien : est-ce que j’ai vraiment envie de dépenser de l’énergie (d’une manière ou d’une autre) dans telle ou telle chose ? 

Brahmacharya au quotidien : quelques conseils 

  • prenez du temps pour observer où votre gestion de l’énergie vitale a besoin d’être rééquilibrée. 
  • observez vos rythmes quotidiens de prédilection (pour manger, dormir, travailler, réfléchir, créer …) et essayez de les respecter dans la mesure du possible 
  • demandez vous toujours si ce à quoi vous consacrez du temps et de l’attention aura de l’importance dans quelques années. C’est ce qui vous aidera à établir des priorités 
  • étudiez les projets que vous avez qui n’ont pas abouti et demandez-vous si vous avez encore envie qu’ils aboutissent. Pour ceux qui vous tentent toujours, établissez un calendrier de travail à long et court terme 
  • dessinez un cercle et divisez-le en pointes de tarte pour représenter votre dépense d’énergie dans toutes les grandes catégories de la vie comme le travail, le sport, le temps en famille, les loisirs, les projets créatifs … Les domaines auxquels vous donnez le plus d’énergie ont les plus grosses part. Observez directement ce qui doit changer pour avoir plus d’énergie vitale dans les parties vous semblant les plus importantes 
  • posez-vous la question : qu’est-ce qui vous prend le plus d’énergie vitale au niveau physique, mental et émotionnel ? 
  • observez les signaux de votre corps quand vous êtes épuisés. Réfléchissez à ce dont votre corps a besoin pour se sentir plus équilibré.

 

Je vous remercie du fond du coeur pour votre écoute ete vous souhaite une excellente journée et vous dit à très vite pour un nouvel épisode ! 

 

Et surtout, prenez soin de vous !

HAUT