POURQUOI CULTIVER SON INTÉRIORITÉ POUR ENSEIGNER LE YOGA ?

intériorité yoga

 Le yoga est un voyage intérieur (oui, je me répète !). Et l’enseigner aussi, passe par une bonne dose d’intériorité. Je l’ai d’ailleurs lu, pas plus tard qu’hier dans un livre passionnant, qui expliquait qu’il y avait les profs qui se contentaient de délivrer un enseignement, et ceux qui avaient « le souci de l’incarner au jour le jour ».

Tout ça m’a sauté aux yeux lorsque j’ai commencé à enseigner le yin yoga. Comme son nom l’indique, le yin yoga est une discipline lente, caractérisée par l’immobilité et par une bonne dose de lâcher-prise. En tant que professeur, j’ai envie d’amener mes élèves à une certaine forme de douceur et de calme lors de telles séances. 

Et puis un jour, j’ai eu le malheur de passer une journée complètement yang (comprenez stressante, dynamique et agitée) avant d’aller donner un cours de yin yoga. Et je me répétais, inlassablement « il faut que j’arrive à faire en sorte que mes élèves se relâchent ce soir, qu’ils trouvent un espace bienveillant et de sécurité en eux-mêmes »

Et puis ça m’a frappé : comment je pouvais offrir quelque chose que je n’étais même pas en train d’incarner ? Après tout, c’est complètement absurde. D’un point de vue logique comme énergétique d’ailleurs. On ne demanderait pas à un pessimiste d’écrire un livre sur l’optimisme. On ne demanderait pas à une personne stressée d’expliquer ce qu’est le détachement.

Pour le yoga, c’est un peu pareil … Enseigner passe aussi par une bonne dose d’intuition, outre le fait de trouver les bons mots au bon moment. Et pour acquérir ce niveau d’intuition, ce niveau d’aisance, il nous faut absolument nous attacher à vivre nos propres aventures sur le tapis, pour mieux les faire revivre à nos élèves. 

Comment cultiver l’intériorité ?

Bien que je pense en avoir saisi l’importance, je ne crois pas avoir de solution miracle pour cultiver l’intériorité. Peut-être quelques astuces ça et là …  

Alors, comme à chaque fois que je me sens bloquée quelque part, j’ai sorti mon stylo et je me suis laissée embarquer par l’écriture. J’en ai fait ressortir beaucoup de phrases, de paragraphes sans lien les uns avec les autres parfois … 

Et il y a eu cet extrait, que j’ai relu et pris le temps de réécrire pour le garder dans un coin de ma mémoire. Celui que je voulais vous partager aujourd’hui, aussi parce que je crois qu’il ne s’applique pas qu’au yoga et à sa pratique : 

« Agir avec moi-même comme j’agis avec autrui. Faire de mon propre monde l’endroit que je voudrais pour le monde lui-même. Une place pleine de douceur, d’amour et d’attention, pour soi comme pour l’autre (mais, après tout, ça va ensemble …). Un lieu où l’on s’autorise à être vulnérable, plus humain. Un monde fait de confiance où nous aurions tous la possibilité d’agir avec le coeur sans se soucier avant tout des résultats. Et ça, ça commence d’abord en nous. »

Après tout, quelle importance donnons-nous à notre intériorité ? Comment vivons-nous avec nous-mêmes et en nous-mêmes ? Et plus loin que ça, en tant que professeur, qu'est-ce qui nous habite que l'on cherche à transmettre ?

Toutes les réponses dont j'ai besoin arriveront peut-être encore au compte-gouttes … Pourquoi pas sur le tapis, qui sait ? 

Prenez soin de vous,

Marie 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

HAUT